Grèce – Les Cyclades Ep. 2 : Santorin, L’ile nonchalante aux parfums de luxe

Un nouvel épisode de nos péripéties en Grèce, dans les iles des cyclades. Cette fois, nous allons découvrir l’ile de Santorin. Cette ile qui fait rêver, lieu privilégié des voyages de noces. Et si cette ile était bien plus que ce parfum de luxe qui flotte à chaque coin de rue ? Venez avec nous pour avoir la réponse à cette question !

Jour 4 :

Ce matin, nous préparons nos affaires pour changer d’île. Mais non sans un petit footing jusqu’à l’église puis jusqu’en haut de la vîlle pour la vue ! 

Running View !

Nous prenons notre temps jusqu’à ce qu’on réalise que le téléphone n’a pas pris en compte le décalage horaire entre la France et la Grèce lors de l’enregistrement des billets de ferry. Et qu’on ne part pas dans 1h30 mais dans 30 minutes. Il faut encore qu’on aille retirer nos billets. Mission billets accomplie, nous sommes à l’heure pour monter à bord. Direction Santorin. 3h de bateau. 

Puis nous débarquons sur Santorin. Dans la baie d’Athinios. On est bien loin de l’île paradisiaque. Des centaines et des centaines de touristes surgissent du bateau, dans un port tout petit et tout miteux. Franchement on dirait un terminal de bus en Bolivie ! Les agences en tout genre sont entassées dans des genres de bureaux délabrés. 

Plus vite on sera partis, plus vite on ira découvrir l’île. Nous cherchons notre loueur de voiture. En 5 minutes, nous avons les clés en main prêts à démarrer. Première chose, l’hôtel. Nous avons choisi de nous éloigner un peu des villes. Notre hôtel se situe donc vers la plage de Perivolos, au sud est de l’île. 

Une fois nos affaires déposées nous repartons directement explorer Fira ou Thira, la capitale de l’île. Plus de monde que sur Paros et une ambiance quand même bien plus touristique et un tourisme tourné vers le luxe. Les hôtels accrochés à la falaise rivalisent de terrasses et de piscines avec vue. Il y a des tavernes et des boutiques à tous les coins de rues. Mais la lueur du soleil couchant sur la mer fait vite oublier tout ça. Surtout que pour être honnêtes, on respire quand même, les rues ne sont pas si bondées. Les couleurs sont magnifiques, un dégradé de rose et d’orange. On vous laisse sur ces belles images.

P.S : nous avons testé un super restaurant sur la plage de Perivolos. Popeye. Un peu bruyant mais le personnel est sympathique et les plats sont bons.

Jour 5

Deuxième jour sur Santorin avec un réveil difficile car malheureusement nos voisins de chambre on eu la bonne idée de faire la fête. 

Direction Thera Antique. Une citée construite par les Doriens au 9ème siècle. Les Doriens sont un peuple apparu en Grèce 200 ans après la Guerre de Troie. Ils ont envahis le Nord de la Grèce, et auraient accompagnés les fils du héros Héraclès, les Héraclides dans leur conquête du Péloponèse. Ils ont ensuite pris la mer vers Santorin, notamment.

Cette cité abandonnée, avec des ruines héllenistes, romaines et byzantines offre une vue magnifique sur la mer. D’un cote Kamari et de l’autre Périssa. Attention l’entrée est payante, quatre euros par personne. Mais il faut y aller, on s’ imprègne bien de l’ambiance antique. Les explications sont en anglais sur panneaux explicatifs. 

Nous avons pu monter en voiture. Mais au vu de la taille du parking, en plein été il faut peut être mieux y aller soit tôt le matin, soit à pied pour les courageux. On peut monter de Perissa et de Kamari. Vous trouverez des panneaux sur l’île avec les différents circuits de randonnées que vous pourrez emprunter.

Pour les randonneurs hors pairs vous pourrez continuer de grimper vers le monastère du mont Profitis Iliade, un havre de paix accroché à la roche. Entrée libre, une petite chapelle à visiter et surtout  des produits locaux à goûter et acheter si vous le voulez. Vous pouvez aussi y aller en voiture, vous trouverez un parking à l’entrée assez petit encore.

Thera Antique

Nous mettons ensuite notre GPS sur Megalochori. Un charmant village du centre de l’île. On est bien loin de l’agitation des touristes. Même si de nombreuses tavernes sont ouvertes et que les serveurs n’hésitent pas à nous interpeller. 

Nous avons dégoté une petite adresse sympathique, avec des plats délicieux. Du fromage avec des légumes  grillés et de la fêta panée. Un régal. Un dessert à la hauteur : un Baclava.  Mousiko Kouti. Il y a deux restaurants à cet endroit, un en haut et un en bas. Le Mousiko Kouti est bien celui du bas.

Une fois rassasiés nous prenons la direction de la Red Beach. Un endroit unique où le rouge des falaises se mêle au turquoise de l’eau. Quelques bateaux ont posé leur ancre dans la baie mais les gens commencent déjà à partir de la plage. Il faut marcher quelques minutes sur un chemin relativement praticable mais très fréquenté pour avoir accès à la plage.

On se retourne encore presque seuls pour profiter de l’endroit. Le soleil commence déjà à décliner et envoie ses reflets dorés sur l’eau. 

Pour terminer la journée, nous décidons de mettre le cap vers le phare d’Akrotiri. Du bout de l’île, on voit toute la côte de l’île et sa forme en croissant. Encore un beau coucher de soleil.

Jour 6

Nouvelle journée sur Santorin. Au programme, randonnée entre Fira et Oia. Avec vue sur la caldeira. Il y a 10-12 km de Fira à Oia. Il faut déjà traverser Fira pour atteindre le premier (enfin le premier que nous on a vu) panneau qui indique la direction à prendre. Vous passerez par Firostefani, un quartier au nord de Fira. La vue est belle, et vous aurez aussi l’occasion de rêver devant les hôtels de luxe un peu plus au calme que dans le centre ville. Ensuite, vous commencerez légèrement à monter, pour arriver à Imerovigli.

Vous commencerez à grimper un peu et vous arriverez, surprise à une autre chapelle, Profitis Ilias, surplombant la caldeira. Une vue incroyable qui récompense l’effort fourni. Mais vous n’êtes pas pour autant arrivé. Il faudra encore monter un peu et vous arriverez à Panagia. Une chapelle toute blanche avec une arche qui s’ouvre sur le paysage et la ville d’Oia.

Il faut encore continuer, avant de pouvoir redescendre dans le centre ville d’Oia.

Nous avons mis environ 2 heures pour faire l’aller. Nous avons marché d’un bon pas avec quelques arrêts photos. 

Nous avons visiter Oia, et nous avons déjeuné avec des sandwiches qu’on avait prévus à l’avance. Nous ne voulions pas nous arrêter trop longtemps car nous voulions faire le retour également à pied. C’est pourquoi nous avons préférez manger rapidement. 

Le retour à pied est sympathique aussi car il apporte de nouveaux points de vue par rapport à l’aller.  Nous avons mis un peu plus de temps je pense 2h10-15minutes. Il n’y a pas un sens qui soit plus beau ou plus difficile. Il faut surtout des bonnes chaussures même si certains sont en tongs ! Faites attention au soleil aussi car nous avons eu chaud alors que nous étions mi octobre (mais on a randonné entre 11h et 16h). 

Nous récupérons la voiture que nous avons garée sur le parking gratuit à l’entrée de Fira. On s’accorde une pause rapide à l’hôtel. Nous pensions nous baigner mais l’eau de la piscine étant plutôt froide, la baignade sera de courte durée. Enfin ce n’est pas grave, car on reprend déjà la route vers Oia, pour la deuxième fois de la journée. Cette fois, en voiture, pour voir le plus célèbre coucher de soleil des Cyclades.

Effectivement, il y a du monde ! Difficile de trouver une place pour se garer. Mais le spectacle en vaut la peine ! Vous n’aurez aucun mal à trouver les spots, car vous verrez une masse noire de monde aux endroits stratégiques. Oui, si vous pensiez profiter d’un coucher de soleil en amoureux, seuls face à la nature, et bien c’est raté ! Il y a surement des spots sur l’île bien plus tranquilles qu’Oia. Cependant, les couleur sont splendides. Le contraste entre le rose du ciel et les toits bleus des maisons de la ville. Un moment magique!

C’est sur ces belles images que cette journée s’achève.

Jour 7

Ce matin, derniers instants sur l’île de Santorin. Ce matin, il faut encore aller chercher nos billets de bateau. Oui, car en fait, il faut aller faire imprimer les billets de bateau. Nous avions une fois testé un e-billet, mais la personne sur le bateau nous a dit de ne pas faire comme cela et d’imprimer le billet. Du coup, il faut courir partout pour faire éditer ces billets.

L’heure de départ du bateau étant décalée d’une heure, on décide de prendre du temps pour visiter un vignoble. Nous avons choisi Santo Wines, car il est à côté du port. Nous avons eu le droit à une visite particulière. Nous n’étions que deux avec le guide, qui nous a expliqué comment le vin était produit sur l’île. Pas tellement de choses différentes par rapport à chez nous, finalement. Les vignes sont plantées à même le sol et ont une forme de buisson. Ainsi elles peuvent mieux capter et conserver l’humidité.

La visite s’est clôturée par une dégustation d’un vin rouge et d’un vin blanc. De bonnes surprises car les vins étaient excellents.

En plus, la vue de la vue de la terrasse n’est pas désagréable ! Vraiment c’est une visite à faire.

Après la visite, il est temps pour nous de quitter Santorin… Mais nous vous retrouvons bientôt sur une nouvelle île.

Pourquoi Santorin ? Pour ces couchers de soleil magnifiques, Pour sa belle randonnée entre Oia et Fira, Pour ces plages et les vues panoramiques quand on prend de la hauteur

Pourquoi Santorin n’est pas pour vous ? Si vous n’aimez pas la foule, Si vous cherchez un voyage vraiment authentique

Anaïs & Xavier

Nous sommes deux paires de baskets qui parcourent les routes d’ici et d’ailleurs. Des kilomètres dans les baskets, ce sont donc deux amoureux, Xavier et Anaïs, qui vous font partager leurs aventures… Que ce soit près de chez soi ou à l’autre bout de la planète, il y a toujours quelque chose d’unique à vivre. Où que vous soyez et qui que vous soyez, la Terre et ce que les Hommes en ont fait offrent à chaque coin de rue ou de chemin, une aventure à vivre…

Laisser un commentaire

Fermer le menu