Jotunheimen #3 : De Gjendebu à Spiterstulen

Jotunheimen #3 : De Gjendebu à Spiterstulen

Nouvelle journée dans le Parc National du Jotunheimen…après une nuit bercée par le bruit de l’eau.

Un autre matin se lève sur le camp. Petit déjeuné, ce matin, je teste le lait en poudre. Pas original pour certain, mais pour moi c’est une première. Alors quelle quantité pour pas que ce soit trop de l’eau mais si j’en mets trop, ça fait quoi ? Que d’interrogations… au final mon lait est pas si mal mais tout ça pour se rendre compte que les céréales avec du lait chaud…ben.. c’est pas bon (enfin, ce n’est pas à mon goût, pour être correcte). Déception matinale…

Nous repartons avec pour objectif de rattraper notre retard et d’arriver au refuge de Spiterstulen, qui se situe entre le Glittertinden et le Galdhoppigen.

Début de la journée dans une petite vallée sympathique. On y croise les deux ukrainiens vus la veille du refuge de Memurubu quand nous avons fait notre petite pause (ils faisaient la même route que nous, mais eux ont du passer par le haut et non par la falaise). On y croise aussi les nombreuses habitantes de cette vallée. Plein de vaches… je ne sais pas trop pourquoi, mais ça me parait un peu irréel de croiser des vaches, là, en plein milieu de la Norvège sauvage.

Une petite montée plus tard et on tombe sur un superbe lac. Première pause de la journée pour admirer ce paysage. Il faut ensuite encore monter un peu, d’ailleurs, un monsieur nous dit qu’on est presque en haut. Ouf ! La montée est douce mais petit à petit on est quand même contents d’en voir le bout. Le chemin devient de plus en plus caillouteux. Bientôt ce sont vraiment de gros blocs de roches qui semblent sortir de terre. Nous nous arrêtons pour la pause du midi. Dans le fond, on voit tous ces sommets, avec leur chapeau de glace, ils nous observent tranquillement.

La marche reprend, et nous arrivons à un second lac. Et les rives du lac sont particulièrement pénibles. En fait, à cet endroit, vous allez marcher dans des éboulis de roches. Pas facile de progresser, il faut faire attention de ne pas glisser, tomber entre deux pierres; enfin bref, il faut rester concentré. Surtout, n’oubliez pas de vous retourner au moins de temps en temps, pour admirer le paysage.

Il faut quand même marcher un moment avant de retrouver un chemin plus simple. Ensuite, c’est plutôt facile jusqu’au refuge, mais la distance peut être longue. Je dirais qu’il reste bien 5-6 kilomètres avant Spiterstulen.

Nous avons bien fait de marcher encore car nous avons croisé un renne et son petit. Ils étaient tous proches. Ils ont traversé le chemin à quelques mètres seulement de nous. Le petit nous dévisageait avec un air de défi, mais dès que nous faisions mine d’avancer, il courait se cacher dans les pattes de sa mère. Nous n’avons pas fait de photos de ce moment, nous avons préféré en profiter et ne pas effrayer les animaux en faisant des mouvements brusques pour attraper les appareils photos.

Finalement, nous avons posé le camp à 500 mètres (environ) de refuge. Une bonne journée de marche, une vingtaine de kilomètres avalés. Objectif atteint, le refuge de Spiterstulen est tout proche, nous avons rattrapé notre retard. Et demain, une journée plus tranquille nous attend. Alors, à demain pour de nouveaux paysages toujours aussi exceptionnels.

 

Anaïs & Xavier

Nous sommes deux paires de baskets qui parcourent les routes d’ici et d’ailleurs. Des kilomètres dans les baskets, ce sont donc deux amoureux, Xavier et Anaïs, qui vous font partager leurs aventures… Que ce soit près de chez soi ou à l’autre bout de la planète, il y a toujours quelque chose d’unique à vivre. Où que vous soyez et qui que vous soyez, la Terre et ce que les Hommes en ont fait offrent à chaque coin de rue ou de chemin, une aventure à vivre…

Laisser un commentaire

Fermer le menu