Kungsleden #7 : Jour 6, 10 kilomètres pour un fika

La réponse au grand débat de la veille est : il faut prendre le bus de 11h30 ! Donc debout aux aurores !

Vendredi 15 Septembre : de Kebnekaise à Nikkaluokta

On est quand même large niveau timing pour arriver jusqu’à Nikkaluokta ! Il reste moins de 10 kilomètres avant l’arrivée ! Même pas dix pour cent de tout ce qu’on a déjà parcouru en 5 jours !

Le rythme s’accélère, comme si on était pressé de terminer ce trek. Ce qui est surement le cas en un sens. Malgré tout, c’est fatiguant de vivre en tente et de ne pas avoir son petit confort. Mais l’expérience partagée est unique. Les paysages magnifiques et reposants. Les dix kilomètres sont terminées en 2h30 environ. Le terrain est nettement plus facile, s’apparentant réellement à « un chemin de randonnée facilement praticable ». Il nous reste un peu de temps pour se « changer », enfin plutôt retirer le surpantalon et les chaussures de marche. Et même pour prendre un petit fika au refuge de Nikkaluokta. Un bon petit roulé à la cannelle avec du chocolat chaud en récompense. Petites douceurs bien méritées.

Puis on reprend le bus, retour à Kiruna. Après une heure de trajet durant lequel on a vu plus de rennes que pendant six jours de trek dans la nature, nous nous lançons dans la recherche d’un endroit où manger. Pas si mal l’espèce de cantine de la gare routière. Pas chère (Environ dix euros le repas), servant des plats typiques (porc avec une sauce aux airelles). Nous repartons à l’Airbnb.

L’après midi sera shopping pour les filles, après tout après une semaine de tenues Quechua, revenir à la civilisation ça a du bon ! Ensuite vient l’épreuve des courses pour le repas du soir, pas facile à appréhender pour certains ! Et oui, quand on lâche 8 personnes qui n’ont pas mangé autre chose que des lyophilisés et des pâtes chinoises dans un supermarché, ça peut faire des dégâts ! La soirée sera animée, entre cuisine à l’arrache et rires incontrôlables, le retour à la civilisation est plus compliqué qu’il n’y parait. En tout cas, je crois qu’on se repasse tous le film de ces quelques jours d’aventure vécus ensemble !

Alors peut être à l’année prochaine pour une nouvelle semaine de trek, se dit-on à l’aéroport quand certains reprennent déjà la direction de Stockholm, le lendemain matin !

Bilan du trek : nos impressions et quelques conseils ! 

6 jours inoubliables, entre intempéries, manque de gaz pour chauffer l’eau, découverte de la nourriture lyophilisée…enfin pas mal de nouveautés pour nous qui n’avions pas encore fait de trek en autonomie! Mais ça s’est plutôt bien passé, enfin je crois.

Le chemin reste relativement facile, dans le sens où il y a peu de dénivelé voire pas vraiment. Cependant, la boue et la pluie peuvent le rendre plus compliqué, avec le risque de glissade, de chute (et avec le sac à dos chargé, croyez moi, on n’a pas envie que ça arrive !).

L’accès aux refuges reste assez cher, rien que pour y passer une heure pour déjeuner. Mais c’est un réconfort et un confort à ne pas négliger !

Il y a peu de marcheurs à cette époque de l’année, les échanges avec les autres m’ont un peu manqué sur ce trek. Idem pour la population locale, il n’y a personne sur le chemin…

Le départ est facile d’accès à partir de Kurina, même chose pour le retour une fois qu’on est a Nikkaluokta.

Attention, les moustiques ne sont pas une légende, peu nombreux quand il pleut ou que le vent est trop présent, ils ré appariassent à la moindre accalmie (même en septembre). N’oubliez pas que cette région est principalement faite de marais… ne négligez pas la protection anti moustique si vous y allez vraiment en juillet-aout!

Prenez le temps de profiter de l’aventure, de regarder la nature et les paysages. Imprégnez vous de cette ambiance si suédoise, et n’oubliez pas le fika à l’arrivée pour adopter la swedish attitude !

PS : retrouvez nos points de chute pendant le trek sur la carte du blog

Anaïs & Xavier

Nous sommes deux paires de baskets qui parcourent les routes d’ici et d’ailleurs. Des kilomètres dans les baskets, ce sont donc deux amoureux, Xavier et Anaïs, qui vous font partager leurs aventures… Que ce soit près de chez soi ou à l’autre bout de la planète, il y a toujours quelque chose d’unique à vivre. Où que vous soyez et qui que vous soyez, la Terre et ce que les Hommes en ont fait offrent à chaque coin de rue ou de chemin, une aventure à vivre…

Laisser un commentaire

Fermer le menu