Maroc #1 : Trek du mont Toubkal – Ascension du Mont Toubkal

Allez, enfilez vos chaussures de marche, on repart pour une aventure dans les montagnes de l’Altas au Maroc. Nous allons effectuer l’ascension du Mont Toubkal, sur deux journées. Alors prêts à nous suivre pour le trek du Mont Toubkal.

Jour 1 : de Marrakech à Imlil

Arrivée à Marrakech vers 14h, avec le décalage horaire, on gagne une heure ! Un bon point ! Passage à la douane, trente minutes d’attente à peu près. Tampon en poche, ça y est, c’est parti. Il ne reste plus que la voiture à récupérer et on est bon ! Une petite FIAT panda nous accompagnera dans notre petite virée dans les alentours de Marrakech. Bon, il est temps de mettre le cap sur Imlil.

1h30 de route à priori. En chemin, on fait un premier arrêt dans une coopérative féminine de production d’huile d’argan. Les argousiers (les arbres qui produisent les fruits pour fabriquer l’huile d’argan) ne provenant pas de la région, les fruits sont achetés. Il faut ensuite enlever la peau à la main, puis extraire l’amande à l’intérieur du fruit. Pour l’huile alimentaire, les amandes sont grillées contrairement à l’huile cosmétique. Ensuite les amandes sont pressées à froid. Les résidus sont donnés aux animaux. Il est toujours difficile de savoir si l’huile d’argan qu’on peut trouver est authentique, ou pas. Celle trouvée sur le soul à Marrakech ne doit pas être la plus pure.  L’huile d’argan est chère et souvent elle est coupée avec une autre huile.

Qu’est ce qu’une coopérative féminine?

Les coopératives ont été fondées au Maroc dans la fin des années 30. Elles permettent de développer les certaines activités agricoles. Le gouvernement marocain a ensuite participé à la gestion des coopératives et notamment créée l’Office de développement de la coopération (ODCO).

Aujourd’hui, l’Etat marocain n’intervient plus dans la gestion des coopératives. Ces coopératives peuvent être gérées par des hommes, mais aussi par des femmes.

Ces coopératives permettent aux femmes d’avoir une activité et donc une rémunération. Mais il est vrai que les conditions de travail ne sont souvent pas optimales, les tâches ingrates et que l’ignorance de ces femmes par rapport au code du travail et les assurances auxquelles elles pourraient avoir droit est un côté bien négatif de ce système.

En outre, certaines coopératives mettent en place des programmes d’éducation pour ces femmes, afin qu’elles aient conscience de leurs droits. Quoi qu’il en soit, le fait d’avoir un travail et une certaine autonomie donne confiance à ces femmes, et leur permet d’avancer petit à petit.

Nous reprenons la route vers Imlil. Quelques pauses photos, car les paysages sont déjà magiques, et la route se dégrade après Asni. Elle se transforme même en piste à certains endroits.

La conduite au Maroc ? En fait il n’y a pas de règles mais finalement tout le monde reste courtois.

Nous arrivons à Imlil. Nous avons du mal à trouver notre logement. En fait il se situe plusieurs metres en hauteur par rapport au village. Il faut monter avec toutes nos affaires. Puis nous arrivons à Dra Adar. La chambre est simple mais confortable. Et le thé la menthe nous redonne du baume au coeur !

Il reste un peu de temps avant le diner. On redescend à la voiture pour chercher mon foulard et prendre quelques photos. En route, nous nous faisons aborder par un vendeur de céramique. Il nous invite à prendre le thé de l’hospitalité mais nous sommes attendus pour le diner. Et que dire de cet homme qui nous demande 100 Drh (10 euros) parce qu’il croit que j’ai photographié sa mule ?

De retour pour une tajine au poulet, une bonne douche et une bonne nuit.

Conseils avant le départ

Vous trouverez pas mal de logements à Imlil. Mais on conseille de réserver à l’avance, surtout si vous venez en haute saison…

Si vous avez le temps, il est plutôt conseillé de venir en transport, car nous avons eu du mal à garer notre voiture. Sauf si vous logez en hotel, avec possibilité de parking.

Il y a quelques boutiques également à Imlil, si vous avez besoin d’un équipement de dernière minute. Mais il est préférable d’avoir quand même tout le nécessaire.

Attention, prévoyez des vêtements chauds, car il fait plutôt froid une fois dépassé les 3000m d’altitude. Il faut des gants et un bonnet, une polaire et un coupe vent pour pouvoir supporter le froid. Il y a également beaucoup de vent, car la fin de l’ascension se fait sur la crête.

Jour 2 : Imlil – Refuge du Toubkal

Après l’orage d’hier soir, oui, il y a eu de l’orage et il a plu, même au Maroc. On n’était plus très vaillant pour partir randonner. Mais ce matin, c’est ciel bleu, avec quelques nuages, qui nous accueille. C’est parti pour notre trek au Mont Toubkal. 

Petit déjeuné sur la terrasse, avec vue sur le village en face. Les derniers préparatifs à régler et c’est parti.

Au début quelques craintes sur le chemin emprunté, surtout qu’on avait lu que c’était bien balisé mais nous n’avons pas vu de panneaux sur le début de l’itinéraire. Le chemin est assez facile surtout au début, ça ne monte pas trop. Jusqu’à Sidi Chamarauch. Ensuite l’altitude et la montée déjà effectuée se font sentir, malgré tout. Il devient légèrement plus difficile de marcher. Beaucoup de français sur le chemin. Et beaucoup de personnes qui marchent sans sac avec les mules pour porter les bagages. Donc beaucoup de mules que l’on croise régulièrement. Il faut se mettre sur le côté pour les laisser passer. Au bout de 4h30 de marche (nous sommes partis vers 9h15 d’Imlil), nous arrivons au refuge.

Il y a plusieurs refuges, les Mouflons et celui du CAF (Centre Alpin Français). Nous avons décidé d’aller dans celui du CAF malgré tous les mauvais commentaires. Autant dire que c’est la douche froide. Le refuge est bien à la hauteur des commentaires. Ce n’est pas propre, les douches c’est vraiment pas la joie. Et pour la nourriture, heureusement qu’on avait faim. Oui, en tant que personnes extrêmement prévoyantes, nous n’avons pas prévus de quoi manger le midi durant la randonnée. Nous avons trouvé sur le chemin une gargote à en cas et jus d’orange pressé (très bon d’ailleurs). En fin pour la différence de tarif, il ferait bon que plus personne ne fréquente le refuge du CAF. Même le thé à la menthe est dégueu… un comble ! Quelques améliorations de leur part ne sera pas un luxe !

Récapitulatif Première étape

Distance : 9 km – Durée : 4h30

Repas : vous pourrez dejeuner à Sidi Chamarauch. Sinon il y a quelques vendeurs de friandises sur le chemin. Il y en a peut être plus en pleine saison. Quoi qu’il en soit, il est plutôt recommandé de partir tôt d’Imlil et d’arriver au refuge pour manger le midi. Il y a quand même peu d’ombre sur le chemin pour s’arrêter pique niquer.

Refuge : s’il vous plait, réserver celui des Mouflons !

Jour 3 : Ascension du mont Toubkal

Après une nuit vraiment folklorique, oui, des matelas en rang d’oignons sans séparation, c’est une première. Réveil à 5h du matin pour partir au plus vite. Petit déjeuné et toilette rapide et nous voilà lampe frontale allumée, prêts à partir. Il est 5h56. Bon, faux départ, puisqu’on se trompe de chemin plusieurs fois. Cela nous fait perdre pas mal de temps. On croise plusieurs groupes qui eux aussi cherchent leur chemin. On finit par le trouver ce fameux sentier. Il est 6h13 quand on commence réellement à marcher sur le bon chemin. Ensuite, l’ascension de nuit n’est pas aisée. Il faut être vigilant, et encore, nous avons de nouveau dévié du chemin. Bon, une montagne ça se monte, chemin ou non. Mais je pense que ce détour nous a fait perdre du temps, sans compter la pluie, qui a commencé à tomber…

Nous passons les paliers, 3300 mètres, 3500 mètres d’altitude.

Vers 7h le soleil se lève et laisse découvrir un somptueux paysage. Nous poursuivons, toujours déterminés, à aller au bout. Il fait de plus en plus froid à mesure que l’on monte.

Bientôt le chemin n’est plus que neige.

Finalement, il est 8h42 quand  nous renonçons à notre exploit sportif. En effet, nous venons de croiser quelqu’un qui nous annonce encore 1h30 d’ascension. Cela nous parait beaucoup sachant qu’il faut encore redescendre jusqu’à Imlil et aller à Ouirgane en voiture alors qu’on ne connait pas trop l’état de la route et la météo. Et sachant que nous n’étions pas du tout équipés pour le froid et qu’on commençait déjà à ne plus trop supporter le vent mordant. Tant pis Mont (Djebel) Toubkal nous reviendrons, c’est promis. Direction le refuge, puis Imlil.

Nous avons fait un arrêt en chemin pour manger une omelette à Sidi Chamarouch.

Arrivée à Imlil vers 16h00, sous la pluie. L’orage ayant éclaté quelques minutes avant notre arrivée. Nous retrouvons notre hôte si gentil, qui nous invite à prendre un thé. Puis il est temps de reprendre la route pour l’écologde de Ouirgane. Petit arrêt à Asni pour retirer de l’argent. Puis nous arrivons au paradis ! L’écolodge est vraiment beau. C’est un cadre tellement relaxant. Une bonne douche et un bon diner que demander de plus?

A part les blagues d’un belge, rien ne vient troubler notre béatitude. Ce couple belge rencontré au diner était bien sympathique, nous avons passé une soirée agréable en leur compagnie, c’est ça qui est parfois magique dans les voyages. Les rencontres, avec les locaux, ou alors avec les autres voyageurs.

Récapitulatif Deuxième Etape :

Ascension: 960 m de dénivelé. Durée de l’ascension : 6h30

Puis il faut refaire les 9 km pour rejoindre Imlil. Vous mettrez un peu moins de temps qu’à l’aller normalement, car ça descend. Je pense qu’on a mis 4h avec une pause déjeuner.

Si vous n’êtes pas un marcheur aguerri, il vaut mieux prendre un guide, car les indications sur le chemin sont peu voire pas présentes. Et nous n’avons fait la portion entre Imlil et le Djebel Toubkal. Dans tous les cas si vous partez vraiment faire le tour complet, achetez une carte.

Anaïs & Xavier

Nous sommes deux paires de baskets qui parcourent les routes d’ici et d’ailleurs. Des kilomètres dans les baskets, ce sont donc deux amoureux, Xavier et Anaïs, qui vous font partager leurs aventures… Que ce soit près de chez soi ou à l’autre bout de la planète, il y a toujours quelque chose d’unique à vivre. Où que vous soyez et qui que vous soyez, la Terre et ce que les Hommes en ont fait offrent à chaque coin de rue ou de chemin, une aventure à vivre…

Cet article a 2 commentaires

  1. Trek du mont Toubkal
    Encore un beau voyage, pas très long mais rempli d’aventures.
    Très dépaysant et pourtant pas très loin…
    Les villages sont très beaux Quant aux montagnes…

    1. Oui une destination pas si lointaine pour autant de dépaysement,
      Une nouvelle cure de nature !

Laisser un commentaire

Fermer le menu